background img

Comment déclarer prime départ retraite Impôts 2020 ?

Vous avez reçu une somme importante et vous vous demandez comment va réagir votre fardeau fiscal ?

Lorsque vous recevez un bonus, un bonus ou même une distribution de réserves , les conséquences économiques peuvent être importantes.

A lire aussi : Qu'est-ce que les charges fixes ?

Définition, fiscalité, optimisation de la fiscalité et retenue à la source, examinons la question des revenus exceptionnels .

Lire également : Quel est le rôle du droit administratif ?

Qu’est-ce qu’un revenu exceptionnel ?

Dans en plus de recevoir une rémunération plus ou moins importante, la question des revenus exceptionnels est avant tout une question fiscale .

Il est donc important de vous poser la question de savoir si les revenus que vous avez reçus peuvent être admissibles à des fins fiscales en tant que tels avec les conséquences qui peuvent en découler en termes d’optimisation fiscale.

Par définition, un revenu peut être qualifié d’exceptionnel à la fois par :

  • sa nature
  • son montant

Des revenus exceptionnels de par leur nature

premier temps, un revenu exceptionnel est dû à sa nature lorsqu’il est peu probable qu’il soit perçu annuellement Dans un .

Ainsi, si vous recevez une rémunération dans le cours normal de votre activité professionnelle, il est peu probable qu’elle figure sur cette liste.

Ce manque de qualification persiste même si votre activité vous procure des revenus qui varient considérablement d’une année à l’autre.

Quels sont les revenus ? qui peuvent être qualifiés d’exceptionnels par nature  ?

Salaires et traitements

En tant qu’employé ou fonctionnaire , si vous recevez des traitements et des salaires, certaines situations peuvent générer certains revenus exceptionnels.

Ces rémunérations éligibles seront donc, par exemple :

  • des bonus supplémentaires reçus pour des services exceptionnels,
  • les sommes versées par votre employeur pour vous dédommager des contraintes inhérentes à l’exercice de votre activité professionnelle et, en particulier, en cas de changement de résidence,
  • les prestations de départ volontaire, de retraite ou de retraite anticipée ,
  • la partie imposable de l’indemnité de départ ou de cessation d’ emploi,
  • ou le paiement forfaitaire unique d’une pension de vieillesse d’un petit montant dans le cadre d’un PERP.

Revenus des terres

Si vous possédez un ou plusieurs biens immobiliers que vous louez à nu (non meublé), vos revenus seront imposés en tant que revenus de la propriété.

Dans cette situation, les autorités fiscales font état du caractère exceptionnel de deux types de situations :

  • indemnités « à la porte  »
  • le supplément au loyer , résultant de l’allocation gratuite à la fin du bail des installations

Mobilier de revenu du capital

Les revenus en capital mobiliers sont ce que vous pouvez tirer de vos investissements financiers :

  • produits de titres,
  • dividendes,
  • coupons d’obligations,
  • les revenus d’un contrat d’assurance-vie,

En raison du caractère exceptionnel de ces revenus, il s’agit par exemple de :

  • revenu provenant de la distribution par une société de capitaux de titres que vous détenez dans le portefeuille
  • revenus provenant de placements dans titres réintégrés dans le revenu imposable pour l’année au cours de laquelle l’exonération fiscale liée aux contrats d’épargne à long terme expire
  • les distributions des réserves , à condition que ces revenus ne soient pas susceptibles d’être perçus annuellement et que le montant dépasse le revenu net moyen des trois années
  • revenus de capitaux mobiliers provenant du résultat (pour les rachats totaux précédentes ) des contrats d’assurance-vie (en cas d’imposition progressive)

Gains en capital mobiliers

Dans cette catégorie de revenus, contrairement aux revenus reçus sur titres, il s’agit de gains en capital réalisés lorsque vous êtes tenu de les vendre (cession).

Certains revenus de ce type peuvent être qualifiés d’exceptionnels.

Il s’agit par exemple de :

  • gains en capital générés à la suite d’une vente au moment de la retraite du dirigeant de l’entreprise
  • une affectation de l’ensemble du portefeuille,
  • l’attribution de tous les droits sociaux constituant l’outil professionnel,
  • participations, sans réinvestissement ultérieur sur des actifs comparables.

Avantages industriels et commerciaux (BIC)

Les BIC peuvent être considérés par les autorités fiscales comme des revenus exceptionnels de par leur nature, tels que :

  • la plus-value d’une entreprise
  • le montant des taxes sur le chiffre d’affaires remboursées à la suite d’un litige
  • les remboursements que les assureurs sont tenus de verser dans le cadre d’une assurance vie contractée par certains commerçants ou fabricants, sous réserve de certaines conditions
  • certains gains en capital nets à court terme

Bénéfices non commerciaux (NBC)

Les revenus exceptionnels de la catégorie NLC sont les suivants :

  • droits d’auteur recueillis à la suite de l’attribution d’un prix littéraire
  • certains gains en capital nets à court terme

Pour information, une liste non exhaustive a été dressée par les autorités fiscales concernant tous ces revenus pouvant être qualifiés exceptionnel.

Revenus exceptionnels par leur montant

Dans un deuxième temps, un revenu dit exceptionnel est le cas en raison de son montant .

Une exception car ils dépassent le montant habituel de ce que vous recevez.

Quel ordre de grandeur faut-il prendre en compte ?

Pour qu’un revenu soit considéré comme exceptionnel par son montant , il doit dépasser la moyenne de la rémunération perçue au cours des 3 dernières années.

Vous avez reçu un bonus de 10 000€ portant votre revenu annuel à 80 000€ contre 70 000€ en moyenne au cours des 3 dernières années, nous pouvons considérer qu’il est inhabituel en raison de son montant.

Comment la fiscalité est-elle calculée sur vos revenus exceptionnels ?

Si vous êtes amené à percevoir des revenus exceptionnels, sans optimisation, ceux-ci seront imposés. en fonction de leurs catégories :

  • l’échelle progressive de l’impôt sur le revenu
  • prélèvement forfaitaire unique (PFU)
  • un prélèvement forfaitaire (sur le PERP par exemple lors d’une sortie de capital)
  • ou les cotisations et prélèvements sociaux .

Concentrons-nous dans cet article sur l’impôt sur le revenu.

Pour les rapports, vous pouvez lire notre article : Comment déclarer un revenu exceptionnel.

La progressivité de votre impôt sur le revenu

En ce qui concerne le barème progressif de l’impôt sur le revenu pour tout ce qui concerne les traitements et salaires, les revenus de la propriété, le BIC ou le BNC, la difficulté va se trouver dans la progressivité de l’ impôt.

En effet, l’impôt sur le revenu est calculé selon une échelle progressive par tranche allant de 0 à 45 % .

Donc, mathématiquement, plus votre revenu imposable est élevé, plus votre taux d’imposition marginal maximal peut peser sur votre régime fiscal.

La perception d’un les revenus non habituels auront donc pour conséquence de vous faire changer de tranche de façon plus ou moins significative.

L’impact fiscal sur la collecte de ces nouveaux revenus pourrait donc être important.

Il est à noter que la composition de votre ménage fiscal (mariage, pacs, personnes à charge,…) limite cette progressivité fiscale, cet avantage est néanmoins limité par le plafond du quotient familial.

La contribution exceptionnelle aux revenus élevés (CEHR)

Un point important qu’il convient de mentionner est la contribution exceptionnelle aux revenus élevés (EXPENSIVE).

En effet, cet impôt est calculé au niveau du ménage fiscal et concerne les ménages dont le revenu fiscal de référence est supérieur à :

  • 250 000€ pour un seul
  • 500 000€ pour un couple (marié ou pacsé) avec une taxe commune

Pour savoir si vous y êtes assujetti, il faut bien comprendre que ce revenu fiscal de référence est le montant net de votre revenus et gains en capital retenus aux fins de l’ établissement de l’impôt sur le revenu, plus certaines dépenses.

Vous ne devez donc pas tenir compte de vos réductions d’impôt et de vos crédits.

Cette contribution est égale à :

Fraction du revenu fiscal de référence Tarif applicable
Si vous êtes célibataire, veuf, séparé ou divorcé Si vous êtes un couple soumis à une imposition conjointe
… inférieur ou égal à 250 000 € 0 % 0 %
… entre 250 001€ et 500 000€ 3 %
… entre 500 001€ et 1 000 000€ 4 % 3 %
… supérieur à 1 000 000€ 4 %

Ainsi, si vous êtes amené à percevoir des revenus de façon inhabituelle, cela aura un impact sur le calcul de votre impôt sur le revenu mais aussi sur la contribution exceptionnelle sur les revenus élevés. revenus.

En fonction du montant de votre rémunération et de la composition de votre ménage, vous pouvez être soumis au CEHR ou changer de fourchette avec un taux de cotisation plus élevé.

Compte tenu de tous ces éléments, comme vous l’aurez compris, la perception de revenus exceptionnels peut entraîner une imposition élevée pour l’année au cours de laquelle ils sont perçus.

Un exemple pour comprendre l’impact de ces revenus exceptionnels

Prenons le cas d’une seule personne qui perçoit 50 000€ de salaire chaque année.

Exceptionnellement, elle a reçu cette année une prime supplémentaire pour un service exceptionnel d’un montant de 70 000€ .

Revenu brut perçu : 50 000€ (salaires) 70 000€ (bonus exceptionnel) Revenu brut total : 120 000€ (imposé sur le salaire et le salaire) catégorie) Montant total du revenu net : 108 000€ (réduction de 10 % sur les salaires et traitements (hors coûts réels))

Calcul de l’impôt sur le revenu hors revenus exceptionnels : 7 506€ (30 % TMI)

Calcul de l’impôt sur le revenu de l’année au cours de laquelle la prime : 30 199€ (TMI 41 %)

Ainsi, sans optimisation de la prime perçue , dans cette situation, la charge fiscale subie devient importante, soit plus de 32 % du nouveau montant collecté.

Toutefois, il est possible d’optimiser votre fiscalité en cas de situation.

Solutions pour optimiser la taxation des revenus exceptionnels

Après avoir effectué vos calculs, vous vous rendez compte que votre impôt va être très important.

Cependant, des solutions existent pour réduire votre fardeau fiscal , ce sont les suivantes :

  • le mécanisme de quotient
  • aplanir la contribution exceptionnelle de la CEHR

Il convient de noter que le mécanisme de diffusion de cette qui coexistait auparavant n’existe plus.

Limiter l’impact fiscal des revenus exceptionnels : le système de quotient

Le système de quotient est un moyen qui vous est proposé de limiter la charge fiscale due à une collecte de revenus exceptionnels ou différés .

Ce mécanisme permet de ne pas être soumis à une imposition excessive en raison d’un haut degré de progressivité fiscale (le passage d’un IMR à 30 % en général à 45 % en une seule année par exemple).

Comment fonctionne le système de quotient ?

Pour limiter cette forte progressivité fiscale et donc votre charge fiscale, si vous êtes éligible, vous pourrez bénéficier du système de quotient .

Mathématiquement, ce mécanisme consiste à ajouter à votre revenu habituel un quart (¼) du revenu exceptionnel, puis à multiplier par 4 le supplément d’impôt correspondant à ce nouveau revenu.

Les conditions à remplir pour bénéficier du système de quotient

Comme nous avons pu vous le dire plus tôt dans cet article, un revenu exceptionnel peut être de par son montant et par sa nature.

Pour pouvoir appliquer le mécanisme de quotient, votre rémunération doit être à la fois un revenu exceptionnel par son montant et par sa nature .

Si ces deux conditions ne sont pas remplies, vous ne pourrez pas profiter de cette possibilité.

Un point important à noter est qu’il y a des revenus par nature qui peuvent être exceptionnels et quels qu’en soient les montants.

Par exemple, il s’agit de :

  • une prime de départ volontaire
  • une prime ou une allocation de changement de lieu de travail payée par l’employeur
  • un bonus de redondance
  • une prime de retraite ou de retraite anticipée
  • une indemnité de départ conventionnelle spécifique
  • ou le retrait de capital de certains produits d’épargne-retraite.

Cette liste est bien sûr exhaustive, il vaut la peine de vérifier attentivement si votre situation peut y être référencée .

Remarque ce revenu différé peut également être admissible au quotient, quel que soit le montant.

Voici quelques exemples de revenus différés :

  • rappels de salaire,
  • arriérés de loyer,
  • certaines indemnités versées en compensation des dommages

Comprendre la valeur du système de quotient

Pour comprendre les effets de ce mécanisme , reprenons notre exemple.

Une seule personne reçoit généralement un salaire de 50 000€ et une prime exceptionnelle de 70 000€.

Pour calculer les effets du système de quotient, il se déroule en 4 étapes

 :

  • vérification d’admissibilité
  • le calcul de l’impôt hors revenu exceptionnel
  • calcul de l’impôt avec revenu exceptionnel
  • calcul de la taxe
  • payable

Tout d’ abord, vérifions si cette prime est éligible au système de quotient.

Revenu brut perçu : 50 000€ (salaires) 70 000€ (bonus exceptionnel).

Montant total du revenu brut : 120 000€ (imposé dans la catégorie des salaires et traitements).

Montant total du revenu net : 108 000€ (réduction des salaires et salaires de 10 % (hors dépenses réelles)).

Revenu net :

  • Salaire « régulier » : (108 000 x 50 000) /120 000 = 45 000€
  • Prime pour service exceptionnel : (108 000 x 70 000) /120 000 = 63 000€

Cette prime peut être considérée comme un revenu exceptionnel en même temps :

  • de par sa nature ;
  • par son montant parce que 70 000€ > 45 000€ (revenu moyen des 3 dernières années).

La prime est donc éligible au système de quotient .

Dans un deuxième temps, nous allons calculer le montant de l’impôt hors revenu exceptionnel.

Calcul du revenu imposable net total : 45 000€ (réduction de 10 % sur les salaires et traitements (hors dépenses réelles)).

Calcul de l’IR hors revenus exceptionnels : 7 506€.

Montant de la taxe 1 = 7 506€.

Troisième étape

Montant net de la prime : 63 000 euros (réduction de 10 % sur les salaires et traitements).

Montant du quotient : 15 750€ (63 000€ x 1/4).

Montant total du revenu net imposable : 60 750€ (45 000 € 15 750€).

Calcul de l’IR avec le quotient (1/4 du revenu exceptionnel net) : 12 230€.

Montant de la taxe 2 = 12 230€.

Quatrième étape

Montant de la taxe supplémentaire : 18 896€.

Montant de la taxe 3 = 18 896€.

Cinquième étape

Montant de l’impôt dû par le contribuable (avant escompte, réduction ou crédit d’impôt) : 26 402€ (7 506 18 896€).

Remarque : Sans l’application du système de quotas, le contribuable aurait dû payer un impôt de 30 199 euros, soit 3 797 euros d’épargne.

Limiter l’impact fiscal du contribution exceptionnelle aux revenus élevés (CEHR)

Comme annoncé précédemment dans l’article, si vous percevez des revenus importants (plus de 250 000€ pour une personne seule ou 500 000€ pour un couple), vous êtes redevable de la contribution exceptionnelle aux revenus élevés, communément appelée CEHR.

Si vous n’y êtes pas normalement soumis et que le fait de percevoir une prime vous fait passer du côté des contributeurs, l’impact fiscal qui en résulte peut être source de frustration.

Pour éviter cela, un mécanisme de lissage a été mis en place.

Pour en bénéficier, vous devez remplir les 3 conditions suivantes :

  • votre revenu d’impôt de référence pour l’année d’imposition (N) doit être supérieur à 1,5 fois la moyenne des recettes fiscales de référence (RFR) pour les années N-1 et N-2,
  • vos RFR pour les années N-1 et N-2 ont été inférieurs au seuil de 250 000 ou 500 000€,
  • vous devez avoir été assujetti à l’impôt sur le revenu pour les 2 années précédant l’imposition (N) sur plus plus de la moitié de vos revenus provenant de sources françaises ou étrangères de même nature que ceux inclus dans la composition du RFR.

Si vous remplissez ces conditions, le mécanisme de lissage s’applique automatiquement .

Catégories de l'article :
Entreprise